skip to Main Content
[ Estime De Soi] Le Grand Bain : Se Jeter à L’eau Avec L’énergie Du Désespoir

[ Estime de soi] Le grand bain : se jeter à l’eau avec l’énergie du désespoir

Hier à Rennes, j’ai eu le privilège de participer à l’Avant-Première du dernier film de Gilles Lelouch, « Le Grand Bain ». Plaisant de voir un homme aux multiples succès partager simplement son expérience et sa vision avec quelques 300 spectateurs. Touchant de voir que cet homme puisse s’intéresser à Monsieur et Madame Tout Le Monde, à la médiocrité, jusqu’à souhaiter pour ses personnages bedonnant et ridés, un succès totalement décalé.

Le Grand Bain ou l’histoire de la médiocrité

Parce que Le Grand Bain évoque la vie d’hommes et de femmes bousculés, mis en échec et perdus dans le sentiment de médiocrité. Ils ont raté leur vie en quelque sorte. Et difficile, à notre époque, d’imaginer rebondir quand à 50 ans, tu as foiré ton entreprise, divorcé ou que tes enfants te regardent à peine.

Difficile dans une société où le Paraître est à l’honneur, le Beau, le Propre, le Jeune. Dans une société rongée par le pessimisme, mais dont les citoyens se gaussent de leurs succès sur les réseaux sociaux, arborant des sourires à rendre jaloux.

Le Grand Bain met en scène la médiocrité, celle de tous les jours, celle vécue par la majorité silencieuse finalement. La médiocrité est-elle une réalité ou bien la perception que l’on peut avoir de sa vie à un moment donné quand on la juge par rapport aux critères élitistes de notre société? Si tu n’as pas une Rolex au poignet à 50 ans, c’est que tu as raté ta vie, n’est-ce pas? … Quel pied de nez à cette croyance éminemment limitante qui détruit tellement d’âmes et rend suffisants ceux qui y parviennent !

Coup de projecteur sur l’échec

Fait du hasard ou réel mouvement de fond, la notion d’échec est au goût du jour. Associations (60 000 Rebonds, Les Rebondisseurs Français), livres (Les vertus de l’échec), et maintenant film, évoquent ce sujet grave. La perception de l’échec, le sentiment d’être nul, inutile, et la peur que cela peut engendrer dans les nouvelles générations de voir leurs ainés ainsi écrasés par le Système, voilà une des causes d’autant de suicides d’agriculteurs ou de créateurs d’entreprise (un suicide tous les deux jours en France), sans parler de la consommation toujours aussi massive de psychotropes.

Et finalement, si l’échec est le contraire de la réussite, comme le dit Charles Pépin, l’échec est peut-être « le contraire dont la réussite a besoin », et comme le soulignait Gilles Lelouch dans son introduction hier soir, c’est la force du groupe, du collectif, de l’amitié, qui peut faire sortir de l’ornière et trouver le chemin du succès.

Continuons donc de parler d’échec comme expérience de vie et non comme une honte, continuons de respecter l’humain avant de regarder ses réalisations, continuons d’avoir confiance en la capacité de chacun à rebondir et à trouver sa voie. Continuons de nous battre contre l’élitisme et sa suffisance, contre la honte et la peur de ne pas réussir. Soutenons ce genre de films, de livres, de témoignages qui peuvent réellement sauver des vies en retrouvant estime de soi.

Je vous invite donc à aller voir ce film, doté qui plus est d’une distribution bien pensée, excellente, un beau succès en perspective 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top